A+
A-
A=
ANET 02.37.41.49.09
DREUX 02.37.46.01.73

Les vieux quartiers de Dreux

Dreux, une ville à découvrir

Capitale du clan gaulois des Durocasses, Dreux était à l’époque gallo-romaine un carrefour routier fréquenté. Au Moyen Âge, son château, l’un des plus puissants de toute l’Ile-de-France, se dressait comme une sentinelle avancée du domaine des capétiens face à la puissance rivale des ducs de Normandie. Si la ville a subi au cours des âges plusieurs sièges, dont ceux d’Henri IV, elle a toujours su retrouver une prospérité nouvelle grâce à la créativité de ses habitants et à l’activité commerciale.

Le passé lui a légué des monuments remarquables : l’église Saint-Pierre, le beffroi, la chapelle royale Saint-Louis. Entouré de fossés et de quelques vestiges des fortifications, le centre historique et ses abords immédiats offrent un large panorama de l’architecture du Moyen Âge à nos jours. Ce patrimoine local présente en outre d’intéressants témoins d’architecture des années 1900 comme l’hôtel de la Caisse d’Épargne.

 

La Chapelle Royale de Dreux

La chapelle de style néo-classique, édifiée à partir de 1816 au milieu des ruines du château fort de Dreux par la duchesse douairière d’Orléans, fut agrandie par son fils, le roi Louis-Philippe, qui en fit la nécropole des
membres de sa famille et de ses descendants (le Comte de Paris † 1999). La chapelle primitive fut alors complétée grâce à des ajouts de style néo-gothique et ses nombreuses fenêtres furent garnies de somptueux vitraux, tous exécutés par la manufacture de Sèvres. Les tombeaux, regroupés autour de la sépulture royale, sont surmontés de gisants, œuvre des meilleurs sculpteurs de leur temps.

Dans le parc, on peut voir la maison où naquit Danican Philidor (1726-1795), auteur d’opéras comiques et théoricien du jeu d’échecs.

 

De la vigne en Eure-et-Loir !

En 1808, la vigne couvrait 7249 ha sur les coteaux et les plateaux de l’Eure-et-Loir. Soixante ans plus tard, bien avant l’arrivée du phylloxera, le vignoble était réduit au tiers, celui de Dreux passant même de 250 à
60 hectares. En 1980, seulement 1 hectare de vigne était déclaré. Le visiteur peut aujourd’hui découvrir quelques clos relictuels à Dreux, Chérisy, Nogent-le-Roi, Maintenon, Vernouillet, conservés par des passionnés de la
viticulture. Les récoltes, souvent menacées par les gelées printanières et les pluies d’automne, étaient en moyenne de 40 hectolitres/ha. Ces vins légers s’effacèrent face à la remontée par voie maritime ou ferroviaire des vins du sud plus charpentés, plus corsés et de meilleure tenue. Développement des céréales et de l’élevage, puis phylloxera donnèrent le coup de grâce au vignoble d’Eure-et-Loir.

En 1989, l’association Flora Gallica plante sur le coteau St-Thibault de Dreux 900 pieds de chardonnay, produisant un blanc sec au « nez intense et délicat » élevé dans les caves historiques du musée consacré au vignoble drouais.

Parcours Les vieux quartiers de Dreux

Adresse15 Grande rue Maurice Violette
28100
Dreux